Page 6 - FNRSNEWS 108
P. 6
LUTTE COMBINÉE CONTRE L’OBÉSITÉ ET LE DIABÈTE Les chercheurs viennent de réaliser deux avancées majeures dans la lutte contre l’obésité et le diabète de type 2. Depuis 10 ans, la bactérie Akkermansia muciniphila est au centre de l’attention. Administrer la bactérie vivante à des souris permettait de réduire les effets liés à une alimentation riche en graisses (gain de poids, diabète). Aujourd’hui, l’équipe vient de découvrir qu’après avoir été traité la bactérie Akker- mansia à une certaine température (pasteurisation), elle est encore plus eff cace et parvient à enrayer le développement LE CLIENT MYSTÈRE de l’obésité et du diabète, chez la souris. Mais également ÉVALUE LE SERVICE PUBLIC de bloquer le passage de toxines bactériennes dans le sang (intestin poreux). Les chercheurs ont égale- ment découvert qu’une protéine isolée de la paroi d’Akkermansia permettait de reproduire tous les effets Initialement réservée au secteur privé, la méthode bénéf ques de la bactérie. Enf n, ils montrent pour la première fois qu’il est possible de produire à grande d’évaluation du « client mystère  » (personne échelle et d’administrer la bactérie chez l’homme sans effet négatif. recrutée pour jouer le jeu du client normal) s’est Nature Medicine - A purifi ed membrane protein from Akkermansia muciniphila or the pasteurized peu à peu ancrée dans le secteur public, et ce, bacterium improves metabolism in obese and diabetic mice. notamment suite à l’adoption des principes de la nouvelle gouvernance publique. Aujourd’hui, Amandine Everard, PhD Patrice Cani, PhD tant les secteurs privé que public recourent à des Chargée de recherches F.R.S.-FNRS Chercheur Qualif é FNRS et FRFS-WELBIO visites mystères à des f ns d’évaluation. Toutefois, Hubert Plovier Louvain Drug Research Institute, UCL les chercheurs ont pu observer que les buts pour- Aspirant F.R.S.-FNRS suivis ne sont pas nécessairement identiques. S’il s’agit principalement d’améliorer la performance de l’organisation pour le privé, cela ne sera pas UN ESPOIR POUR LE TRAITEMENT DE LA MUCOVISCIDOSE nécessairement ou systématiquement le cas pour le secteur public. En effet, corollairement aux nou- La résistance aux antibiotiques est un problème pré- velles techniques de gestion, ce type d’évaluation occupant, en particulier chez certains patients qui permet d’apprécier la mise en œuvre ou les effets reçoivent des antibiotiques régulièrement. C’est le cas d’une politique publique (par exemple : évaluer des patients atteints de mucoviscidose. Parmi ces mé- le respect de prescriptions légales imposées aux canismes de résistance f gure l’expression de pompes vendeurs d’alcool ; évaluer les connaissances d’eff ux qui expulsent les antibiotiques hors de la bac- des pharmaciens face à certains cas de f gure térie, les rendant incapables d’exercer leur action. Dans spécif que). Le recours à la technique du CM et cette étude, les chercheurs montrent que Pseudomonas l’utilisation des résultats peut affecter, à l’instar aeruginosa, un pathogène fréquent chez les patients d’autres mécanismes de marché, la gestion des atteints de mucoviscidose, peut présenter des muta- organisations publiques en substituant la pers- tions naturelles dans une pompe d’eff ux qui la rendent pective globale prenant en considération de nom- inactive à l’égard des certains antibiotiques comme la breux acteurs dans des circonstances variées à témocilline. Celle-ci retrouve dès lors son action anti- une perspective étroite centrée sur un individu à pseudomonas. En général, les mutations mènent à la un moment particulier. résistance aux antibiotiques ; ici, elles restaurent leur International Review of Administrative Sciences activité. Un espoir thérapeutique. - The mystery shopper : a tool to measure public Nature Scientifi c Reports - Mechanisms of intrinsic resistance and acquired susceptibility of Pseudomonas service delivery ? aeruginosa isolated from cystic fi brosis patients to temocillin, a revived antibiotic BIARD Benjamin Hussein Chalhoub, Aspirant F.R.S.-FNRS Boursier FRIA Sciences politiques, UCL Françoise Van Bambeke, Maître de recherches F.R.S.-FNRS ++ http://journals.sagepub.com/ Louvain Drug Research Institute, UCL home/ras ++ www.nature.com TRAVERS DE LA SOLIDARITÉ FORCÉE Même si les petites entreprises dans des pays en voie de développement, tels que le Burkina Faso, aff chent des rendements marginaux élevés, les es entreprises dans des pays en voie de développement, tels que le Burkina Faso, aff chent des rendements marginaux élevés, les Même si les petit taux de réinvestissement sont faibles. Culturellement, il est usuel, voire obligatoire, d’aider f nancièrement les autres membres de la famille taux de réinvestissement sont faibles. Culturellement, il est usuel, voire obligatoire, d’aider f nancièrement les autres membres de la famille surtout en ce qui concerne les soins de santé. Les scientif ques cherchent à comprendre si ces transferts d’argent peuvent surtout en ce qui concerne les soins de santé. Les scientif ques cherchent à comprendre si ces transferts d’argent peuvent expliquer et limiter le développement du secteur privé. Les résultats de l’étude vont dans ce sens. La redistribution de l’argent des entrepreneurs potentiellement prospères vers leur famille empêchent les réinvestissements. La mise en place d’assurance maladie & hospitalisation serait une voie à explorer. Reste à faire comprendre la notion de risque futur dans des pays où la population lutte, bien souvent, quotidiennement pour sa survie. Journal of Comparative Economics - Does forced solidarity hamper investment in small and micro enterprises ? Hartwig, Renate, PhD Chargé de Recherche F.R.S.-FNRS à l’Université de Namur Centre de recherche en économie du développement, UNamur ++ http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0147596716300336
   1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11